• Claire Schweitzer

Conseil du 12 octobre 2020 - les écolos bobos intégristes

Comme le Conseil d'Angers Loire Métropole n'est pas filmé vous n'aurez pas la joie de profiter de l'incident de séance survenu entre Marc Goua, et Elsa Richard et moi-même. Car là encore la presse ne le relaie pas !



En effet, Elsa Richard a interpellé le Conseil sur des délibérations visant à acter le passage de terres agricoles en "zone économique" à urbaniser sur le territoire d'Avrillé. J'avais, lors de mon intervention sur le Projet Alimentaire Territorial, souligné l'incohérence de nous présenter de telles délibérations alors même que le Conseil s'engageait dans le sens inverse (préservation de l'agriculture pour une autonomie alimentaire).


Elsa Richard a fait une très belle intervention, juste, posée, documentée et a demandé à la fin de celle-ci d'éviter de caricaturer son propos lors des réponses qui seraient faites. Nous commençons, toutes nouvelles que nous sommes dans cette enceinte, à être habituées à voir nos propos transformés, exagérés pour servir un discours souvent d'une grande mauvaise foi politicienne. ( voir ici, summum!)


Contre toute attente c'est Marc Goua qui a pris la parole, en nous reprochant les poncifs habituels sur les écolos qui ne comprennent rien aux difficultés économiques et à l'emploi, et en indiquant que nous exprimions un nouvel intégrisme !


Je n'avais pas prévu d'intervenir sur ce sujet... Mais non, on ne peut pas laisser passer ça. Alors que dans le même Conseil nous venions de valider les objectifs du Projet alimentaire territorial, nous ne pouvions supporter d'être traitées d'intégristes pour avoir demandé une prise de recul sur un sujet important, celui de l'artificialisation de terres agricoles. Qu'il y ait besoin de débats, ajustements techniques explicités, enjeux mis en balance, bien sûr, c'est l'essence même de notre présence à toutes et tous. Mais ce type d'invectives, non ! Nous ne sommes pas des paillassons, nous n'acceptons pas que nos propos soient déformés et que sans cesse on oppose emploi et environnement, de la manière la plus infondée.


J'ai donc pris la parole pour rappeler qu'il n'était plus temps d'invectiver ainsi celles et ceux qui posent des questions légitimes, et que hiérarchiser les crises n'avait plus de sens. Apparemment j'ai piqué au vif Marc Goua qui s'est permis de me couper la parole en m'assénant que je ne "connaissais pas la vraie vie des gens des quartiers", que si c'était le cas je ne dirais pas de telles bêtises et en vociférant que je n'étais qu'une "sale bobo" !


Marc Goua... Je ne vous attaque pas personnellement dans ce que vous représentez à travers votre "carrière" et vos prises de position, et pourtant j'en aurais des choses à dire. Vous ne savez apparemment pas d'où je parle, ni qui je suis, donc arrêtez. Cela n'est pas à la hauteur des enjeux. Pour ma part j'étais là pour parler politique, en débattant d'arguments concrets, pas pour invectiver. Pour demander aussi que chaque voix de ce Conseil puisse être entendue dans le respect d'élu·e qui lui est dû. Ce qu'apparemment vous ne savez pas faire.


Après tant d'années d'engagement politique pour votre territoire, je pense qu'il est temps de passer la main à d'autres qui auront pris pleinement conscience que la crise écologique est aussi une crise sociale, qu'opposer les urgences n'a plus de sens, qu'opposer les gens n'en a pas non plus.


Je suis triste de voir à quel point parler de ces sujets là avec une telle "figure" de notre territoire sans se faire copieusement insulter devient impossible...

183 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
Angers Citoyenne et Populaire
Recevez nos mises à jour

© 2020 par Angers Citoyenne et Populaire. Créé avec Wix.comUtilisation  |   Confidentialité