• Claire Schweitzer

Conseil municipal - 25 janvier 2021 - Féminisation des noms de rue


Merci pour ces éléments Jacques-Olivier Martin, sur un sujet fort symboliquement qui me tient à coeur.

Je regrette qu’aucun membre de la minorité ne soit invité à se joindre à la commission de dénomination des rues et voies. Une ouverture sur ce sujet me paraîtrait pertinente, et je serais candidate à y participer.

Tout d’abord je tiens à rappeler que des études montrent qu’en France, en moyenne, seulement 6 % des noms de rues désignant une personne sont des noms de femmes, contre 94% d’hommes. Et Angers ne fait pas exception à la règle.

Au vu de cet immense écart qui participe évidemment à l'invisibilisation des femmes et de leur rôle déterminant dans notre société, il apparaît indispensable de prendre des mesures pour corriger cette inégalité de traitement et tendre vers la parité sur nos voies publiques.

Pourtant, si l’on en croit la stratégie de dénomination des rues menée depuis 2014 par votre majorité, nous ne sommes pas près d’y arriver M. le Maire. En effet depuis 2014 vous annoncez avoir nommé ou renommé 78 rues et voies, à raison d’une répartition égale entre Femmes, Hommes et Toponymes, soit un tiers pour chaque.

Or sachant que la ville d’Angers compte 1614 rues (et je ne compte pas les dénominations futures), à ce rythme là notre ville n’atteindra enfin la parité des noms de rue que dans... 120 ans ! Cela veut dire M. le Maire que si vous souhaitez vous aussi atteindre la parité, il vous faudra pas moins de 20 mandats consécutifs pour y arriver ! Courage ! Vous pourrez en tout cas compter sur moi pour persister sur ce sujet auprès de vous, pendant ces 120 années de mandat s’il le faut.

Toutefois, comme je ne souhaite ni attendre 120 ans cette parité, ni que vous effectuiez 20 mandats consécutifs, je propose plutôt que nous élaborions un plan de féminisation des noms de rues, comme cela a été initié par exemple à Nantes où plus de 100 nouveaux noms de femmes ont été apposés sur ces 4 dernières années.

J’ai déjà proposé avec mes camarades d’Angers citoyenne et populaire lors de la campagne municipale de renommer l’Avenue Lamoricière, du nom d’un Général du 19e siècle qui a été l'un des acteurs de l'indigne guerre de colonisation de l’Algérie. Ses actions sur le terrain sont empreintes, selon les historiens, de violences, répressions, exactions et massacres sur les populations locales, que l’on nommerait aujourd'hui crimes de guerre. Il a été également le Ministre de la guerre qui a réprimé dans le sang les révoltes sociales de juin 1848 à Paris. Il a sur ses mains le sang des Algériens qui défendaient leur terre, et le sang des Parisiens qui défendaient la démocratie.

J’ai proposé de renommer cette Avenue du nom de Lucienne Simier, une angevine intendante au Lycée Joachim-du-Bellay pendant la seconde guerre mondiale, compagne de résistance de Marie Talet, arrêtée par la Gestapo et déportée au camp de concentration de Ravensbruck. Elle s'est battue pour les droits et la dignité de toutes et tous, a vu le pire de l’être humain et pourtant a continué d'espérer.

Je vous livre cette première proposition.


3 vues0 commentaire